Dinu Zamfirescu – Discurs, Comisia pentru o noua Constitutie

Anunțuri

Eric Voegelin: “Liberalism and its History”

Neoconservatorismul este dominat de trei mari teoreticieni: Carl Schmitt, Leo Strauss si Eric Voegelin. Daca intre primii doi au existat inca in anii 30 o stransa interdependenta academica, Voegelin exceleaza prin viziunea normativa asupra filosofiei politice. Voegelin raporteaza filosofia politica la gnostica antica. In angulema filosofiei lui Voegelin, liberalismul este receptat drept ideologie  negativa al modernismului. Derivatele negative ale liberalismului sunt iacobinismul, statul totalitar si ideologiile fascistoide.  Fascismul si nazismul fiind rezultatul unor societati care au abandonat laice. In viziunea lui Voegelin politica este de natura religioasa sau mai precis religia se developeaza politic.

In lucrarea „Liberalism and It’s History” Voegelin analizeaza geneza liberalismului si subsumatia sa in prisma folosofiei antice. In viziunea politica al politologului american de origina germana, societatiile moderne pot evolua numai prin renasterea valorilor filosofiei lui Platon si Aristotel. Ideiile sustinute in „Liberalism and It’s History” sunt continuate in volumul „In Search of the Ground„.

Volmul „Liberalims and It’s History” este analizat de catre blogul doctrinar „The Brussels Journal”.

Un articol care merita sa fie dezbatut, luand in calcul renasterea valorilor dreptei moderne. Identitatea doctrinara eclipseaza dezordinea postmoderna.

Autor:

Thomas F. Bertonneau is a Visiting Professor of English at the State University of New York College, Oswego, New York.  He holds a Ph.D. in Comparative Literature (UCLA, 1990).

Analiza: Liberalism and the Search for the Ground

!“The word liberal,” as Voegelin notes, “appears for the first time in the second decade of the nineteenth century when a party of the Spanish Cortes of 1812 called itself the Liberales.” These Spanish liberals, constitutionalists who opposed restoration of the monarchy, welcomed the abolition of stultifying class-differences and the diminution of clerical influence on their national polity; their cause sprang from Napoleon’s peninsular campaigns, some effects of which they wished to preserve, and Napoleon’s campaigns sprang in turn from the French Revolution and its imperial metamorphosis. In Voegelin’s observation, “Liberalism is a political movement in the context of the surrounding Western revolutionary movement”; and then again “the new attitude is so tightly bound up with the attitudes it opposes that the entire complex of attitudes becomes a unity of meaning that overshadows each of its elements.”

In Spain, as elsewhere in Europe, Liberalism came to denominate a political position that endorsed selected results of revolution while disdaining – or at any rate claiming to disdain – the violent means utilized by the Jacobin insurrectionists in attaining them. Because the year 1789, the year of the Bastille, represented not the last but merely the first in an indefinite succession of revolutionary waves, the immediately post-revolutionary Liberalism, as instantiated for example by the Spanish Liberales, swiftly found itself surpassed by new pitches of revolutionary radicalism. Some self-denominating liberals, unwilling to ape the ever-more-stringent attitude of the rising revolutionary demand, became conservatives: they endorsed the abolition of monarchy; they preferred a constitutional order and representative institutions to despotic ones, but they resisted a violent attack on habit and custom and they increasingly understood themselves as not Socialists or Communists or atheist-crusaders against Christian doctrine, but rather as the resistance to these movements.

Some of these classical liberals continued indeed to call themselves liberals, while others, more carefully attuned to the relation between language and the existing political situation, began to use the term “conservative.” Other people, also calling themselves liberals, nevertheless used the term to denote something quite different from what men of cautious, constitutionally democratic outlook meant by the same gloss.

In France, Charles Comte, not a relation of Auguste Comte but, like his namesake, a man of the Left, used his periodical Globe to make manifest his agenda of la révolution permanente. This “permanent revolution” would bring about radical social change, not through direct upheaval and insurrection, as in active revolution, but rather through “peaceful change.”

Voegelin writes: “The idea of peaceful change – a policy of timely adaptation to the social situation that, in the age of the industrial revolution, changes very quickly – has become today a constant in all shades of liberalism.”…“The radical revolutionary must make the revolution into a permanent condition, for as soon as a plateau of stabilization is permitted, the revolution is over.”

Ultimately, the liberal-revolutionary utopia requires that those who have grabbed power imitate the original act of creation, by which the God, in whom they disclaim belief, established nature, and human nature, in the first place.

Since none of the radical reformers is God, they all lack the superhuman potency requisite to the deed, but with a superbia so pronounced that none will admit it.

In the foregoing observation, we come to an essential point of Voegelin’s thinking, namely that political radicalism is fundamentally religious and apocalyptic – and at the same time extraordinarily anti-spiritual and resentful – or what Voegelin calls “gnostic.” That “everlasting peace” or utopia “might be achieved through a constant process of reform,” falls, for Voegelin, in the category of “gnostic-utopian” dementia. The original Gnostics appeared in the centuries of Late Antiquity in sharp reaction to Philosophical Judaism, Platonism, and Christianity, which share among other traits the tenet that the world is God’s creation and that, as such, it must be good, whether life entails sorrows or not; the sorrows being part of the reality, they must have justification at some level. The Gnostic, unable to square his existence with reality, experiences his disappointments as a colossal broken promise or as a conspiratorial betrayal. His mentality is one of world-hatred and world-rejection rather than reconciliation with nature and faith.

Typically, Late-Antique Gnosticism emphasized the imagery of destructive transformation in the most apocalyptic passages of Scripture and related literature while interpreting the story in Genesis as presenting a false or secondary creation that usurped an original creation in which men and women suffered no sorrows, but lived as Adam and Eve lived, bound to no tilth, in Paradise. The Gnostics sought to restore the supposed original creation, which, in their imagery – and in their practice – entailed the destruction of existing reality. For example, Gnostics eschewed procreation, on the principle that offspring merely added to the grossness of the world.

The Late-Antique Gnostics claimed that their knowledge of these matters belonged uniquely to them and elevated them to elite status; gnosis means “knowledge,” a type of knowledge not based on experience but vouchsafed to the knower exclusively and in a manner theosophical. Voegelin’s argument for a continuity of Gnostic rebellion from the Classical to the modern world involves a complicated genealogy based on recondite documents, but one can see in the array of shared traits a similarity, at least, between ancient religious and modern political ideology. Both erect social structures based on a principle of doctrinal fidelity, as distinct from competency or merit; both prohibit questions and demand non-deviation; both are anti-historical, directing great ire against custom and tradition; both seek an impossible restructuring of existence, which, if it were to succeed, would amount to the destruction of existence; both, pitting themselves in tension with reality, tend to impatient irritation – and both, on the justifying basis of such impatience, show a tolerance of brute force as an instrument of transformation.

What about the content of Liberalism? Voegelin argues, in “Liberalism and its History,” that politically, liberals, like revolutionaries, want the leveling of society (egalitarianism) and despise institutions even as they establish and defend institutions of their own. “Economically,” writes Voegelin, “liberalism means the repeal of limits to free economic activity.” We note, however, that liberals can come to claim that it is the market itself, rather than regulation, which impedes free economic activity thus originally, liberals were free-market advocates, but nowadays they favor a type of corporatism, which imposes itself, sphinx-like, on the free market. In religious terms, Voegelin characterizes Liberalism as “anti-clerical,” bent on repudiating “revelation and dogma as sources of truth”; liberal doctrine “discards spiritual substance and becomes secularistic and ideological.”

Liberalism’s “scientific position” consists largely in “the assumption of the autonomy of immanent human reason as the source of knowledge.” Thus, “Liberals speak of free research [only] in the sense of liberation from ‘authorities.’”

Voegelin felt considerable unease about the label “conservative,” which he preferred that his friends not settle on him. In “Liberalism and Its History,” Voegelin addresses this discomfort with the term through a pair of ironic attributions. “Raymond Aron,” Voegelin writes, “answered the question about his political attitude by saying he was a liberal, that is, a conservative.” And respecting Friedrich von Hayek: “He is a liberal, that is, a conservative with respect to socialism, Communism, or any other variant of the phase of revolution that has overtaken liberalism.” The ambiguity stems from the fact that in both Europe and North America, earlier and later, “the old liberals shifted toward the right and became conservative, occasionally with distinctly Christian overtones.” The Left, meanwhile, true to its logic as a movement, has, wherever it exists, shifted through increasing degrees of radicalism, as illustrated perfectly by the trajectory of the Democrat Party from Roosevelt II to Obama.

Yet if those who stand in opposition to the radicals were not adequately described as conservatives, as Voegelin strongly implies is the case, how then would one describe them? Or how, in this connection, is one to describe the current “Red-Blue” division in American politics?

Voegelin’s answer to such questions involves his identification of the radical-revolutionary mentality with Gnosticism, that is, with baroque, reality-denying doctrines, sprung from acute anxiety about existence, that bespeak the cause in the fashion of an unquestionable Koranic pronouncement, deviation from which constitutes a punishable offense. (Think: political correctness.) The opposite of Leftwing doctrinaire-ism, as we might call it, is not, however, some antithetical second doctrinaire-ism, equally baroque and locked in Manichaean agon with the first; it is what, in Voegelin’s discourse of the 1950s and 60s, goes by the name, among variants, of openness to existence. The Montreal lecture, “In Search of the Ground,” later appearing as an essay, offers one of the clearest expressions in Voegelin’s massive authorship of this concept.

An element in existence to which the mature individual maintains his “openness” is the cumulus of historic “differentiations in consciousness,” Voegelin’s term from Order and History. The phrase is not obscure: it refers to the fact that the prevailing knowledge of the world in any given cultural continuum – that of the West, for example – sometimes deepens and becomes richer through an individual insight; a “Leap in Being” can happen, as in Western thought when it jumped from mythic to philosophic ideas of existence. By example, in Hesiod’s Theogony, an early Greek myth-poem, Earth emerges from Chaos and the earliest Gods apart from Mother Earth, including Sky, spring from Her; and the procreative acts of all the early divinities then give rise to the later, increasingly anthropomorphic generations of gods, the Titans and Olympians.

In Hesiod’s view of existence, the world has no “beyond,” but everything that is, including the gods, is contained within the world. Call that the cosmic or mythic view of existence, as Voegelin does. In it, all causes are immanent, the question why is this so in any particular case being answerable invariably through reference to something else in the world, either mortal or immortal.

With the Hebrew Prophets and the Greek Philosophers, however, a key “differentiation” occurs: Instead of plural “intra-cosmic gods” the most sensitive and articulate men now commonly intuit one God who not only stands transcendentally beyond the world but also stands to the world as Cause or Creator, as in Genesis or Plato’s Timaeus. This one God, moreover, is identical with the principle that distinguishes human from animal existence – namely reason, but not the degraded, immanent, instrumental reason of Eighteenth-Century Illuminisme and Le culte de la Raison. This God is, for Heraclitus and the Gospels alike, the Logos, and for Plato and Aristotle, Nous, another term that passes into Christian usage.

It would be pointless to argue whether the Logos or Nous intuited by the philosophers and theologians “exists,” for the intuition itself is a fact of reality and therefore part of the fabric of existence in consequence of the philosophers and theologians originally having had it, having codified it, and having seen it accepted as the kernel of a new view of life and the world; had the intuition not been shared by others at the time and continuously thereafter for millennia, no alteration in the fabric of existence would have occurred, nor, be it said, has any subsequent differentiation occurred. That last clause is important because self-denominating modern thinkers, since the Eighteenth Century, have claimed repeatedly to overturn the Platonic-Jewish-Christian dispensation, which they denigrate, not seeing the irony, under the pejorative term of myth.

But, as Voegelin remarks, the theory of causality of the modern thinkers curiously resembles the “intra-cosmic” thinking of the pre-philosophical myth-poets. Ask Marx or Darwin why is this so in any particular case and he can only refer the questioner to “the mode of production” or to “random selection and the survival of the fittest” – in other words, to something else in the world.

Modern thinking actually shrinks back from the boldness of Classical thinking, most probably, as Voegelin argues, because awareness of the transcendent God, who constitutes an “ultimate ground” of existence, creates an unprecedented “tension toward the ground.” In this manner, “The experience of the tension toward transcendent Being is the experiential basis for all analysis [of values and purposes.]”

Enlightenment and post-Enlightenment doctrines, like Gnostic doctrines, represent a frightened and petulant reaction against the discovery that reality possesses an inalterable structure originating in a cause outside itself and that values and purposes, in their hierarchy, have therefore an objective quality that limits the range of rationally justifiable actions. The “immanent reason” so beloved of materialists is, as Voegelin remarks, “empty of content,” so that, to establish at least the appearance of rational discourse, he who spurns reality faces the desperate task “of filling up reason from various immanent sources.” Voegelin writes: “You find, therefore, as an example of the meaning of reason, the profit motive in the economic sense… or striving for power in competition… or [in] productive relations [that] produce all the so-called superstructure of culture in society.”

The variety of these “misplacements of the ground” remains limited, however, so much so that the extent of their variety already reached its completion in the period between the French Revolution and The Communist Manifesto. Nevertheless “the power of ideologies” is that “they last a long while, because there is a vested interest in them.”

Precisely because of human nature, there is always a “vested interest,” as Voegelin says, in easy theories over difficult ones, in theories of irresponsibility over ones of self-reliance, and in theories of the magical malleability of reality over ones of created, that is to say fixed, nature. Late-Antique Manichaeism and medieval alchemy dealt in grand ideas; contemporary Obama-type liberalism deals in paltry ones. (Think: Faust on the one hand and “Cash for Clunkers” on the other.) Despite the difference of imaginative scale, both react against the fact of natural limitation revealed in the intuition of the transcendent Being and both employ ideological “misplacements of the ground” for sneaky rhetorical purposes. The racial pseudo-theology of Reverend Wright’s Chicago congregation, in which Obama maintained his membership for twenty years, stands as a case in point.

Voegelin writes that the transcendent vision in fact prevents such “misplacements of the ground”: “If the nature of man is to be found in his openness toward a divine Ground, you cannot at the same time see the nature of man in having certain kinds of passions or in having a certain race or pigmentation or something like that.” Openness toward existence and orientation to the Divine, on the other hand, removes certain problems that the genuine philosopher is obliged to solve. Voegelin observes that Plato and Aristotle, for example, both directly addressed the analytical problem that any contingent “end” that a person might identify can become a “means” by adjusting the context – and so on indefinitely.

How does one rein in the indefinite regress? Let us stipulate that man’s highest value is reason, while leaving the term undefined. When a man wants to build a building, in Voegelin’s example, he must “coordinate [his] means to that end… and if that is done adequately we say [he] has proceeded rationally.” Even so, “in a theoretical examination of the problem we cannot be satisfied with the simple coordination of means to end because every end can be conceived into a means by asking, for instance, ‘For what purpose have we built this building?’” When finally, Voegelin writes, we want to know in certainty whether we act rationally we can only determine the answer based on measuring actions against “an ultimate purpose.

n the aftermath of the Montreal lecture that gave rise to “In Search of the Ground,” one of Voegelin’s auditors asked this question: “Is it possible that a synthesis of all the current theories on the structure and operation of the human psyche could produce a new concept of the nature of man? And would this not produce a new ideology?” Voegelin responded: “The nature of man is in principle known. You can’t produce by new insights a new nature of man. The nature of man is openness to transcendence.” The questioner returned: “If the nature of man is known, it doesn’t seem to be known well enough to be controlled.”

Voegelin responded again: “You can’t control openness toward transcendence, because that’s controlled by God.” And a bit further on, after the questioner has solicited the topic of “proof,” Voegelin says: “It has nothing to do with proof. Either openness is a reality and then you can’t prove it – you can’t prove reality; you can only point to it – or it isn’t. Well it is. We know – we have the documents of the experiences… Plato… Saint Augustine… the thornbush episode in Exodus.”

Voegelin’s examiner reveals the attitude – the anti-philosophical, repellently infantile attitude – of the Gnostic crusader, not least in a desire for control. Implicit in his question is the self-contradictory assumption that the nature of something can be changed. But what else, pray tell, is revealed in the assumption, lying at the basis of all radical political action, that a society, which also possesses a nature and is limited in its malleability by that nature, can be changed? This is not to assert that there is no discernible history of social development or that any given society continues to exist only insofar as it refuses to permit any internal alteration whatsoever. People tend, however, to exaggerate the extent of change.

I would argue, for example, that the abolition of slavery in the United States, while it abruptly and positively altered the condition of the ex-slaves, altered the larger society hardly at all, since only a tiny minority had ever owned human chattels; nor later on did the repeal of “Jim Crow” make much of a difference for the larger society even though it altered social conditions somewhat for American blacks in Democrat-dominated regions of the nation where anti-black feeling ran high.

In a slightly different way, Voegelin cites the case of Utah, when it petitioned for admission to the Union. The Union stipulated its condition: Membership in the federal polity or polygamy, one or the other for the Mormons, not both. The larger society would not assimilate change of that sort or the precedent it would set.

The limits of change for any society are much smaller than liberal or radical or Gnostic zeal ever admits. To be reconcilable with the society, such change as occurs must reflect a spontaneous consensus, because coercive change, as I have already argued, is tantamount only to annihilation. In the Eighth Century BC, Hellenic society was happy with the symbolism of the “intra-cosmic gods” and the world they implied; by the Fourth Century AD, Mediterranean humanity, by a long-gestating like-mindedness, found the old “intra-cosmic gods” no longer convincing or meaningful and began to reorient itself, either through Alexandrian Judaism and its offshoots, or through Neo-Platonism, or through Gospel Christianity to the later-emerging transcendent Divinity.

As country custom and as household ritual and as semi-comic superstition, the “intra-cosmic gods” lived on and they survive, attenuated in their potency, even to this day. As the image of divinity, wistfully, they perished, a new image replacing them that offered to its recipients a richer understanding of existence. That image, representing the discovery of a new depth in reality, has stood in place in the West for two thousand years.

It follows that sensible people should behave with extraordinary circumspection where it concerns cavalier, wishful, or resentful programs of “change” because, as Voegelin so poignantly shows in his essays, radical “change” based on passions is definitely not the “progress” that it claims itself to be: It is not the “Leap in Being” but the frightened, dangerous opposite – a lapse into primitive thinking and myth.

Opposition to “change” for the sake of change, and to “change” as goalless indefinite regress, which is what the vaunted “progress” really is, will likely take the name of Conservatism, the very label that Voegelin wanted not to descend on him as the sign of his political identity. Voegelin knew that words, like ideas, have consequences. Under this admonition, a number of cautionary remarks can be made about the word “Conservatism” and what it implies. For one thing, as soon as one posits Conservatism, one has created an inevitable verbal artifact – Conservatism versus Liberalism – that is structurally Manichaean. This should give us pause. Manichaean, dualistic structures are a characteristic Gnostic appurtenance, which philosophers should avoid.

I recall here my earlier argument that the opposition to ideological doctrine cannot be another ideological doctrine, for that would be ideological rivalry without meaning rather than engagement in debate for the sake of truth. It would be other than the dignified quest, as, to use Voegelin’s essay-title, “In Search of the Ground.”

Case-study: Esecul partidelor retorta: ApR, PLD (II)

Postingul de mai jos provine din blogosfera portcalie. Reflecta stadiul de discutie asupra proiectului „Alba Ca Zapada”.

Analiza puncteaza esecul proiectelor „Alianta pentru Romania„si „Partidul Liberal Democrat PLD”.

ApR a esuat la „mustata” in alegerile parlamentare obtinand 4,27% (465.535 VVE)

PLD sa clasat in alegerile europarlamentare din 2007  pe locul 3 obtinand 7,78% (398.901 VVE).

Bazinul electoral ale celor proiecte este aproape identic: cca. 400.000-465.000 VVE.

Cu toate acestea proiectele au esuat. De altfel ultimele rezultate electorale europene ne  indica procentajul unui partid liberal pur sange: 6.6%, obtinute de catre Partidul Liberal din Germania in alegerile regionale din Hansa Libera Hamburg.

In aceleasi alegeri, socialdemocratii au obtinut 48,3% promovand un program electoral neoliberal. De aceasta data „stanga” a virat la „dreapta„.

Un partid de nisa poate obtine 6%, maxim 9%. Un partid popular, o miscare populara, un cartel electoral poate obtine insa un scor strategic intre 40% si 48%. Si acest model il gasim in Catalonia (CiU) si Franta (UMP).

Statistica:

Partidul Liberal FDP 6,6% (alegeri regionale Hansa Libera Hamburg)

Convergenta si Unitate 45,93% (alegeri regionale Catalunia)

Sinteza: Proiectul unui cartel electoral este net superior unui partid-balama.

Analiza: O posibila Solutie si de ce NU un nou partid politic

Autor: Dacian Axente Tolea

Cele mai bune raspunsuri vin, mai intotdeauna, de la istorie si de la statistica. In cazul nostru de la o istorie foarte recenta cu o asa zisa Alba ca Zapada, pe numele ei Alianta pentru Romania, ApR, si un Fat Frumos de dreapta, pe numele sau Partidul Liberal Democrat, PLD.
Ce s-a intamplat cu aceste doua partide noi, formate prin fisiune si terminate prin fuziune?

ApR, dupa un scor foarte bun, locul 3 pe tara, la alegerile locale din 2000, a declansat o furie generala in randul partidelor de establishment, care s-au intrebuintat de toate resursele disponibile, inclusive cele controlate de la Palatele Cotroceni si Victoria, pentru a impiedica intrarea ApR in Parlament. Si au reusit! Dupa care s-au infruptat din trupul sau cu mult nesat, de o parte, cea cu acte, bucurandu-se PNL.

PLD, dupa un scor foarte bun la europarlamentarele din 2007, locul 4, cu trei europarlamentari, a fost acontat cu arme si bagaje de catre PD, rezultand ceea ce astazi incercam sa reformam si sa ranforsam in acelasi timp.

Asadar, istoria recenta ne spune ca soarta unui nou partid in Romania eternei tranzitii de la ceva rau la ceva bun e ca soarta fiului lui Decebal. Sacrificiu suprem, dar acum prin vanzare directa sau licitatie publica!

Cat despre grass-roots party, tea party, facebook sau online party, discutia e frumoasa, dar lunga si anevoioasa, iar comentariile nesfarsite.

===>Apropo, cine mai stie astazi de experienta numita Uniunea pentru Reconstructia Romaniei, URR?<====

va propun sa ne intoarcem cu 10 ani in urma si sa ne uitam la ce s-a intamplat in PNL la inceputul deceniului trecut, dupa alegerile din 2000 si salvarea de la retrogradare.

Pe scurt, lupta era cat casa, pe de o parte presedintele Valeriu Stoica si sustinatorii sai, iar de cealalta parte Dinu Patriciu, ca intotdeauna mai din umbra, si sustinatorii sai din primplan. La mijloc the new entries, cu Theodor Stolojan si un mic grup de consilieri adusi de el, Ionut Popescu, Adrian Cioroianu si Raluca Turcan, plus un alt grup, in jurul lui Teodor Melescanu, practic grupul sau intrat in PNL in urma fuziunii cu ApR.
Ce s-a intamplat? Cele doua tabere se luptau de zor sa isi adjudece grupurile noilor veniti si sa castige puterea, cand, pentru binele partidului, se ajunge la un compromis care s-a dovedit salvator, prin convingerea lui Theodor Stolojan sa candideze la presedintia partidului (Valerius Stoica renuntand la presedintie pentru aceasta!). Restul e istorie plina de victorii, dar si de durere.

Dar cum in politica ne intereseaza victoriile, merita sa retinem ca PNL a urcat de la 7% pana peste 20%„.

Citeste la Dreapta!

Citeste http://AliantaDreptei.wordpress.com

Memoria istoriei: Constantin I.C. Bratianu

Sursa: Presedintii Partidului National Liberal

Constantin I.C. Bratianu (n. 13 ianuarie 1866 – d. 5 mai 1950). Presedinte al Partidului National Liberal in perioada 1934-1947. A decedat in inghisoarea comunista de la Sighet.

21 februarie 1941 – C.I.C. Brătianu îi recomanda, printr-o scrisoare, generalului Antonescu să nu angajeze România exclusiv de partea Germaniei, ci să lase deschisă şi o altă posibilitate de orientare externa. „Nu putem face politică de aventură şi nu trebuie să construim pe o singură ipoteză. Rezultatul războiului este cel puţin îndoios. România a putut să-şi menţină existenţa tocmai printr-un joc de basculă între marile puteri. Ea trebuie, pe cît posibil, să nu se angajeze prea mult, pentru a-şi menaja viitorul”.

Citeste la Dreapta!

Citeste http://AliantaDreptei.wordpress.com

Regruparea dreptei franceze (IV): „La Droite Libre” UMP

Continuam analiza asupra dreptei franceze. In acest numar va prezentam platforma liberal-conservatoare „La Droite Libere”.  Formatiunea este asociata Uniunii pentru  Majoritate Populara UMP.

La Droite Libre se caracterizeaza doctrinar drept liberal-conservatoare. Punctul de referinta este identitatea nationala.

Diversitatea doctrinara este promovata si de legea partidelor politice, care sustine formarea cercurilor de discutii, platformele doctrinare, care se cupleaza pe termen scurt, mediu sau lung la un partid politic, respectiv la o alianta politica.

Alte grupari se formeaza in interiorul unui partid politic.

In acest mod partidele politice franceze poseda o diversitate de doctrine, care activeaza atat in interiorul partidului si/sau activeaza in spatiul intermediar politic (spatiul intre societatea civila si spatiul ocupat de partidele politice).

In episoadele trecute au fost prezentate urmatoarele platforme si grupari politice:

„Rassemblement Pour La France”

„La Droite Populaire”

“République Solidaire”

La Droite Libre

La droite libérale sans complexe ni excès!

La Droite libre est un mouvement libéral-conservateur associé à l’UMP.

Nous défendons au sein de l’UMP:

-Les valeurs de droite comme la nation, la famille ou le respect de la loi,

-Un libéralisme populaire au service de tous,

-L’ Etat de Droit et les valeurs républicaines avec au premier rang d’ entre elles la laicité et la méritocratie,

-La décentralisation des territoires,

-La promotion d’une écologie libre fondée sur l’éthique de responsabilité et utilisant au mieux les mécanismes de l’économie de marché,

-Une Europe libérale basée sur la subsidiarité où l’Union européenne, forte de sa diversité, tourne le dos à l’édification d’un super-état bureaucratique et ne s’occupe que des dossiers que les Nations ne peuvent traiter seules.

Dans ses vœux de nouvel an, Nicolas Sarkozy a rappelé que 2011 serait une année utile et qu’il n’était pas question d’arrêter ni même de ralentir les réformes. C’est le vrai message d’espoir que nous attendions au terme d’une année qui n’a pas été perdue et qui a montré que la France faisait partie, avec l’Allemagne, la Pologne ou l’Italie, des pays qui se sortaient le mieux de la terrible crise qui secoue le monde depuis 2008.

Sur le plan de la sécurité intérieure, La Droite Libre ne peut que se réjouir du courage sans ambiguïté dont a fait preuve le chef de l’État. En parlant de « guerre » contre les trafiquants et les délinquants, en liant les questions de l’immigration et de l’insécurité, il a mis en cause « cinquante années d’immigration insuffisamment régulée » et « ceux qui font preuve de naïveté et d’angélisme ». Nous ne pouvons que nous réjouir de ce qu’il n’ait pas faibli face au politiquement correct des médias, de l’Université ou de ses propres créations politiques, comme Rama Yade, Fadela Amara ou Bernard Kouchner. Le courage du Président, sa volonté de poursuivre les réformes, sa capacité à ne pas se laisser intimider, à refuser de hurler avec les loups forcent le respect.

Tout n’est pas parfait et nous comprenons l’impatience de beaucoup d’électeurs de droite. La réforme des retraites, par exemple, a été trop modeste et incomplète, car il fallait profiter de l’élan pour introduire un vrai système de capitalisation qui déconnecte le montant des pensions de la démographie, et retarder l’âge du départ en retraite de façon plus significative comme ailleurs en Europe. Mais elle a été engagée et Nicolas Sarkozy est le premier chef d’Etat français qui ait osé s’attaquer à la question. On pourrait multiplier les exemples comme la réforme de la justice ou de l’université.

En cette année 2011, nous célébrerons à la fois les trente ans de l’arrivée au pouvoir de Ronald Reagan (1911-2004), le 20 janvier 1981, le centenaire de sa naissance le 7 février et le centenaire de la naissance de Georges Pompidou (1911-1974) le 5 juillet prochain. Le premier a lancé la révolution conservatrice américaine qui a redonné confiance à l’Occident et à ses valeurs avec, au bout, la chute de l’empire soviétique. Le second veillait à ce qu’on « [cessât] d’emmerder les Français », attentif qu’il était à ne pas brider les initiatives et la liberté de chacun par des prélèvements obligatoires exagérés et une inflation législative.

En pensant à l’échéance de 2012, ces deux figures historiques de la droite décomplexée doivent nous rappeler, comme le disait Nicolas Sarkozy durant sa campagne de 2007, « qu’ensemble tout [était] possible ». Oui, tout reste possible à condition de n’avoir pas de complexe et de se libérer du politiquement correct, ce terrorisme intellectuel hérité des idéologies totalitaires.

C’est pourquoi La Droite Libre réitère son soutien à l’UMP et à Jean-François Copé parce que c’est la seule voie possible pour faire barrage à la pire des solutions, le retour de la gauche au pouvoir avec son cortège de lois liberticides, de prélèvements obligatoires nuisibles, de police de la pensée totalitaire et, au bout du chemin, la fin de l’identité culturelle de notre nation et de ses seize siècles d’histoire. À tous, encore une fois, bonne année !

Le Bureau Politique de la Droite Libre

REJOIGNEZ-NOUS !

Si, comme nous, vous estimez que la droite décomplexée doit redevenir la ligne de conduite de l’UMP, si vous êtes convaincus que cette droite libérale porte en elle les solutions pour redonner une richesse économique et sociale à notre pays, ainsi que la volonté de l’éloigner des dangers du communautarisme, alors rejoignez-nous. Votre action est capitale pour contribuer à convaincre les électeurs qu’il n’y aurait pire drame que de retomber vers le socialisme et ses chimères.

Votre adhésion avec vos 15 € ne représente qu’un effort modeste pour vous, il est énorme pour notre mouvement. Et si vous pouvez aussi participer avec vos connaissances et votre volonté, vous nous apportez une force irremplaçable.

Soutenez la Droite Libre, participez à notre combat pour les valeurs de la France, pour que nos enfants soient heureux et fiers de ce que nous leur aurons transmis.

Notre vœux pour la Droite Libre, c’est que votre libre décision nous accompagne.

Sursa: La Droite Libre

Regruparea dreptei franceze (III): „République Solidaire”

15 de luni inaintea alegerilor prezidentiale si parlamentare din Franta, dreapta franceza se regrupeaza. In alegerile din 2007 Uniunea Majoritatii Prezidentiale UMP domina intreg spectrul politic. Intre timp, dreapta sa regrupat pe mai multe calapoduri doctrinare: gaullism, social-conservatorism. liberalism popular.

La 20.10.2010 prezentam platforma-program al formatiunii „Rassemblement Pour La France”.

Despre platforma politica „La Droite Populaire” citi aici.


In acest episod va prezentam platforma program al miscarii politice „République Solidaire”. RS sa infiintat la 14. iunie 2010 si este prezidata de catre fostul premier francez Dominique du Villepin.


Motion politique du conseil national du 4 décembre 2010

Nous n’avons pas suffisamment pris la mesure des bouleversements qui remodèlent de fond en comble le monde dans lequel nous vivons. Nous nous laissons trop facilement persuader d’ignorer les retards et les handicaps que la France a elle-même accumulés, particulièrement ces trois dernières années.

Lorsque nous parlons de la mondialisation, nous pensons que le péril majeur –et de fait, très réel pour notre industrie et pour notre agriculture- réside dans les délocalisations et dans l’anarchie d’une concurrence où les coûts et les règles échappent à tout contrôle. Mais le basculement de l’économie et de la puissance mondiale, des pays occidentaux vers l’Asie et les pays émergents, résulte de plus en plus de la diffusion généralisée des savoirs et des compétences. Entre la Chine et l’Europe, entre l’Inde et l’Europe, le déséquilibre dans la formation des chercheurs, des ingénieurs et des techniciens devient de plus en plus abyssal.

Lorsque nous évoquons la crise financière, nous nous réfugions trop vite dans l’illusion, entretenue par des tribuns opportunistes, d’un retour rapide aux facilités d’avant la crise (« business as usual »). Et les mobilisations spectaculaires du G20 ne débouchent, au mieux, que sur des régulations hâtives et superficielles.

Or, l’ampleur des déséquilibres est considérable entre engagements réels et transactions financières. L’opacité des marchés financiers, qui facilite le blanchiment d’argent et qui permet aux grands opérateurs de jouer de gré à gré sur des masses incontrôlées de produits dérivés, encourage les attaques répétées de la spéculation. L’optique purement financière de trop de fonds d’investissement dénature la finalité des entreprises et la relation entre les hommes à l’intérieur de celles-ci. L’accumulation des déficits –ceux des Etats-Unis et, désormais, les nôtres- nous place dans une situation de dépendance croissante à l’égard de nouvelles puissances, détentrices de formidables réserves de change et, demain, seules capables à travers leurs fonds souverains, de financer les grands investissements porteurs d’avenir.

Nous prétendons mettre l’écologie au service d’un nouvel art de vivre. Mais que sont nos initiatives au regard d’un monde où s’affrontent les aspirations légitimes au développement de milliards d’êtres humains et les enjeux d’un environnement dangereusement fragilisé ? Qu’il s’agisse de réchauffement planétaire, de production, de transport et de consommation d’énergie, d’autosuffisance alimentaire, de sauvegarde de l’eau, de l’air ou des métaux rares, on ne peut plus agir qu’à l’échelle de grands ensembles, et si possible, à l’échelle planétaire.

Enfin, parce que nous n’avons pas su apporter de solutions à des conflits que nous avons laissé s’enliser depuis des décennies –au Proche-Orient comme en Afghanistan-, parce que la démarche unilatérale de l’administration Bush a fait de l’Iraq le théâtre permanent d’une guerre civile aux acteurs insaisissables, parce que nous n’avons pas compris que l’humiliation des peuples était le plus redoutable foyer du terrorisme, nous sommes entrés dans un monde d’affrontement, de violence et de peur.

A l’échelle de la France, malgré tous nos atouts, nous subissons les conséquences de ces bouleversements.

Des pans entiers de notre économie sont aujourd’hui détruits ou fragilisés. Nous avons su longtemps compenser le déclin de nos activités traditionnelles par des programmes volontaristes –espace, aéronautique, énergie, transports- et par la puissance de notre industrie automobile. Mais ils ne suffisent plus aujourd’hui à enrayer la dégradation de notre commerce extérieur.

Depuis les années soixante, le taux de croissance de notre économie n’a cessé de décroître d’une décennie sur l’autre.

Nous en subissons aujourd’hui, toutes les conséquences : la montée brutale de déficits qui fragilisent notre pacte social et qui pourraient aller, si rien de sérieux n’est entrepris, jusqu’à menacer le crédit de l’Etat ; la persistance d’un chômage qui depuis un an, s’est fortement aggravé et qui touche en priorité les jeunes et les séniors.

Inégalement ressentie dans une société où les écarts de situation et de revenus n’ont cessé de se distendre, la crise touche certaines parties de notre territoire plus durement que d’autres. C’est le cas particulièrement des banlieues, des territoires ruraux, des régions à tradition industrielle.

Le sentiment d’appartenance, le sentiment de partager dans la nation une même communauté de destin s’en trouvent gravement affaiblis. Comme dans les années 30, la tentation du repli sur soi, du rejet de tout ce qui est étranger à soi, devient chaque jour plus forte.

C’est devant une telle situation que l’action politique devrait retrouver toute son ambition et s’affirmer autour de principes clairs : assumer la réalité des faits, écarter les dérives qui menacent la République, renouer les dialogues qui permettent les mobilisations, prendre à bras le corps les problèmes qui minent notre nation.

Or, la politique conduite depuis trois ans dans notre pays n’est pas à la hauteur de ces enjeux.

  1. D’abord, parce que cette politique n’a su trouver ni la hauteur, ni l’adhésion nécessaire de la part des Français.

L’équilibre de nos institutions a été rompu par une présidence bavarde, autoritaire et tatillonne à force d’omniprésence. Le Premier Ministre a été réduit au rôle complaisant de contrepoids médiatique. Les débats parlementaires étroitement encadrés depuis la réforme de 2008, ne permettent plus ni amendement, ni approfondissement.

La concomitance des mandats du Président et de l’Assemblée Nationale et le séquençage élection présidentielle-élection législative ont achevé de bâillonner la majorité présidentielle. L’antagonisme entre parti majoritaire et parti socialiste s’est exacerbé dans un affrontement de blocs qui ne permet plus jamais la recherche du consensus. Aucune réforme durable ne peut plus être votée. La communication permanente du pouvoir lui a peu à peu retiré toute lisibilité et toute crédibilité. Le doute et la désaffection des citoyens à l’égard de la chose publique n’ont cessé de s’aggraver.

Le mépris témoigné aux serviteurs de l’Etat –préfets, magistrats, fonctionnaires-, la réforme des collectivités territoriales, insuffisamment concertée et trop largement inspirée par des considérations politiciennes, ont transporté à tous les niveaux de la vie administrative et de la vie locale cette véritable crise de régime. La volonté de recentralisation s’est révélée aussi démobilisatrice qu’inefficace, notamment dans des domaines aussi vitaux que la politique de la Ville.

  1. Parce que les réformes, qui sont certes indispensables, n’ont pas été engagées dans l’esprit de justice et d’équité qui aurait permis de leur donner toute la profondeur nécessaire.

Avec la loi TEPA, l’incitation à l’effort s’est trop largement confondue avec le renforcement des avantages qui profitaient aux plus favorisés.

Alors que la montée des déficits aurait dû exiger la mobilisation de tous les Français, le pouvoir s’est enfermé dans la logique aveugle du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux qui ampute chaque année les services les plus essentiels : sécurité, école, santé. Enfermé dans le cadre étriqué du bouclier fiscal et du nouveau dogme de non augmentation des prélèvements, refusant d’engager l’indispensable débat sur la répartition des prélèvements, il se refuse aux augmentations d’impôts et de cotisations, pourtant devenues incontournables.

La réforme des retraites, sur laquelle un compromis était possible entre le nécessaire aménagement démographique et les mesures d’équité pour les femmes, les chômeurs, les carrières longues ou pénibles, laisse, par-delà son adoption, une fracture profonde dans l’esprit des Français.

Face à la montée du chômage, et singulièrement du chômage des jeunes, aucune action significative n’a été engagée.

  1. Parce que l’angoisse de laisser s’échapper certains électorats, imprévisibles et instables, conduit le pouvoir dans une surenchère sécuritaire qui menace les libertés et ternit l’image que nous nous faisons de la République. Parce que la banalisation des compromissions de tous ordres avec les intérêts et avec le monde de l’argent jette le discrédit sur les acteurs de la vie publique et finit par mettre en danger les institutions elles-mêmes.

Rarement la Justice, et au premier rang, le parquet, n’auront subi à ce point la pression du pouvoir. Jamais le nombre des gardes à vue, dont les modalités sont condamnées par l’Europe, n’aura été aussi élevé. Rarement, l’instrumentalisation, celle de l’identité nationale au début de l’année, celle de la burqa au printemps, celle des Roms, cet été, n’aura été pratiquée de manière aussi cynique, en direction des publics les plus tentés par le repli sur soi.

  1. Parce que le manque d’indépendance et de vigueur de notre politique n’ont cessé d’affaiblir notre crédit sur la scène européenne et sur la scène internationale.

Le traité de Lisbonne et le rôle tenu par la France dans la crise financière de 2008 constituaient certes des avancées positives. Mais l’ambition pour l’Europe a rapidement tourné court. Le partenariat franco-allemand est souvent apparu moins comme un moteur que comme un frein à la construction européenne, et nous avons montré –notamment, avec l’accord de Deauville- notre dépendance nouvelle à l’égard de l’Allemagne.

Dans les périodes de tension et dans la gestion des conflits, nous sommes plus souvent apparus comme des nostalgiques de la ligne Bush que comme de possibles partenaires du Président Obama.

Le retour dans l’OTAN n’a fait en rien progresser l’Europe de la Défense. Il a conduit au contraire à notre alignement rapide dans le projet transatlantique de défense anti-missiles, pourtant peu compatible avec notre force nucléaire stratégique et contribué à notre enlisement, aux côtés des Américains, dans le conflit afghan.

Aujourd’hui, la France attend une autre politique. C’est cette alternative que nous voulons construire avec Dominique de Villepin. En créant République Solidaire, en s’engageant dans l’esprit de mission et de service de la République qui l’a toujours animé, Dominique de Villepin veut permettre à la France de trouver les équilibres institutionnels qui garantissent la démocratie et la liberté, de rassembler les Français dans une vision commune de l’effort et de la solidarité, de se faire entendre de nouveau sur la scène européenne et sur la scène internationale.

METTRE LES INSTITUTIONS AU SERVICE DES FRANÇAIS :

Le service de la France et des Français, c’est l’esprit même des institutions de la Vème République, fondées sur la primauté du suffrage universel et conçues tout entières comme des institutions de mission, au service de la grandeur de la France et du bonheur des Français.

Le Président doit reprendre de la hauteur, fixant les grandes lignes de l’action, sur la scène nationale comme sur les scènes européenne et internationale, et veillant en permanence à la continuité et à la cohérence de notre politique.

Le Premier Ministre doit conduire au quotidien la politique de la nation. Le Parlement doit retrouver le temps et l’espace nécessaires pour légiférer dans la sérénité, pour développer son pouvoir de contrôle et pour s’associer le plus en amont possible aux processus de décision de l’Union européenne.

Le suffrage universel doit être consulté chaque fois que l’ampleur des enjeux l’exige. Le recours au referendum doit être plus fréquent. Un décalage de temps doit être rétabli entre élection présidentielle et élections législatives, afin que l’Assemblée Nationale ne soit plus dans la dépendance de l’exécutif.

Pour sortir de l’affrontement stérile des blocs et pour permettre une expression plus ouverte des différents courants d’opinion, une dose de proportionnelle doit être introduite aux élections législatives. Pour mieux assurer cette diversité et rendre effective la parité, la proportionnelle doit devenir le principe général des élections sénatoriales.

Le Conseil économique et social doit être associé plus étroitement et plus systématiquement au travail de législation et de contrôle. Sa composition doit privilégier des acteurs et représentants qui soient engagés de façon réelle et actuelle dans l’exercice de leurs responsabilités associatives, syndicales ou professionnelles.

La clarification des responsabilités et le renouvellement nécessaire du monde politique doivent conduire à l’interdiction du cumul des mandats. L’une des conséquences est que, dans la vie locale, le rôle des parlementaires, qui votent le budget de l’Etat et qui ont la responsabilité de contrôler ses services, soit plus clairement affirmé.

Dans la lutte contre les conflits d’intérêt, la présomption de conflit –pour le responsable politique comme pour son entourage- doit être la règle et les exceptions doivent être strictement définies.

L’indépendance de la Justice, régulièrement proclamée mais, dans les faits, toujours reportée, doit être une fois pour toutes, clairement instituée. Une réforme constitutionnelle devra consacrer la rupture du lien hiérarchique entre l’exécutif et le parquet.

La garde à vue et les garanties qui doivent l’encadrer, en droit et en fait, devront s’inscrire dans les normes européennes.

Les tribunaux –recrutement des magistrats, renforcement des greffes- et l’administration pénitentiaire –encellulement individuel, traitement des personnes souffrant de troubles psychiques- recevront une priorité budgétaire durable.

Une magistrature économique et sociale sera instituée pour conforter le rôle des conseils de prud’hommes et des tribunaux de commerce.

Le principe d’autonomie des collectivités territoriales devra retrouver toute sa portée.

Une loi organique déterminera les conditions d’évolution et de répartition des ressources des collectivités territoriales. L’autonomie d’évolution de ces ressources et leur péréquation selon des critères nationaux parfaitement lisibles seront les principes essentiels de cette loi.

Les charges qui relèvent de la solidarité nationale –notamment, le RSA et la dépendance- ne devront plus peser sur ces collectivités. Leurs nouvelles conditions de financement –notamment, l’institution d’une cinquième branche pour la dépendance- n’excluront pas que les départements soient associés à leur gestion.

Une plus grande différenciation des collectivités et de leur organisation permettra de mieux prendre en considération les besoins spécifiques des grandes agglomérations, d’un côté, des territoires ruraux et des villes moyennes de l’autre. L’élection des exécutifs au suffrage universel direct deviendra la règle pour les groupements de communes dépassant un certain seuil démographique.

L’aménagement du territoire retrouvera toute sa vocation de rétablissement des équilibres et de vecteur de développement. Les régions –éventuellement regroupées sur une base volontaire- seront le lieu privilégié de mise en œuvre de cette politique, dans le cadre d’une contractualisation avec l’Etat, et si possible, avec l’Europe.

TROUVER LES VOIES D’UNE CROISSANCE SOLIDAIRE :

Réduire les déficits, faire reculer le chômage, rendre une marge d’action et d’espoir aux acteurs publics comme aux acteurs privés, rien ne sera possible si nous ne retrouvons pas les voies de la croissance.

Certes, l’environnement international est, en ce domaine, une variable d’une influence considérable. Mais il n’y aura pas de croissance, s’il n’y a pas d’effort. Il n’y aura pas de croissance, s’il n’y a pas de consensus.

PAS DE CROISSANCE SANS EFFORT

Nous devons retrouver le sens de l’effort :

1° Cela est vrai du travail.

Nous ne remettons pas en question la tendance séculaire à la réduction du temps de travail qui fut l’acquis réaliste du gaullisme –la quatrième semaine de congés payés- tout autant que celui, souvent moins réaliste, de la gauche.

Mais, même si nous profitons d’une forte productivité du temps de travail, nous vivons dans un monde où la compétition exige que nous retrouvions plus de réactivité. Et l’allongement de la durée de la vie –même si les extrapolations doivent rester prudentes- exige un meilleur partage entre temps de travail et temps de retraite.

C’est la raison pour laquelle nous proposerons une grande négociation des partenaires sociaux sur le temps de travail et sur les conditions de travail, pour respecter la diversité des situations et des besoins et soutenir la liberté de choix dans sa vie professionnelle.

Il s’agira de tenir compte des contraintes spécifiques de pénibilité de chaque secteur, et inscrire cette négociation dans le cadre d’une refondation du dialogue social portant notamment sur trois enjeux essentiels.

  • La formation permanente, qui est tout à la fois un facteur de compétitivité pour l’entreprise et pour l’économie, un capital d’autonomie pour chaque travailleur, un instrument privilégié dans la sécurisation des parcours professionnels. Elle devra être régulièrement inscrite dans les rendez-vous avec les partenaires sociaux. Pleinement mutualisée, elle devra concerner aussi bien les salariés des TPE et des PME que ceux des grands groupes, aussi bien les demandeurs d’emploi que ceux qui sont dans l’activité. Même si elle demeure compétence des régions, elle devra être mieux concertée et mieux coordonnée à l’échelle de toute la nation.
  • Les taux d’activité qui doivent être renforcés aussi bien pour les jeunes que pour les seniors. Toutes les propositions, faites en ce domaine –par exemple, le tutorat entre les aînés et les plus jeunes au sein de l’entreprise- devront être expérimentées et chaque fois que cela paraîtra souhaitable, systématisées. Des engagements devront permettre d’atteindre un pourcentage minimum de jeunes de moins de 25 ans au travail, dans chaque entreprise de plus de 500 salariés.
  • La gouvernance de l’entreprise qui doit être le lieu d’une association plus forte aux stratégies et aux résultats. Dans un monde plus mobile, où la part activités de services devient prépondérante, il nous appartient certes de repenser la participation, mais non d’y renoncer.

L’établissement d’une relation plus responsable devra favoriser la parité entre hommes et femmes dans l’emploi et dans la rémunération –y compris, à travers des sanctions fiscales. L’élaboration d’une charte des salaires fixera l’écart compatible entre le salaire moyen et le salaire le plus élevé au sein de chaque entreprise.

2° C’est vrai lorsqu’il s’agit de notre capacité d’innover et d’investir :

Depuis quelques années, la France a mené un effort soutenu pour stabiliser les moyens consacrés à la recherche –même si le crédit d’impôt-recherche, insuffisamment différencié, y tient une large part-, pour moderniser les instruments –notamment, entre 2005 et 2007, avec l’Agence nationale pour la Recherche (ANR) et les pôles de compétitivité-, pour réformer l’enseignement supérieur.

Mais, aujourd’hui, cet effort doit être amplifié. Dans les grands secteurs porteurs d’avenir, nous avons besoin de projets mobilisateurs : à l’échelle de l’Europe (par exemple, dans l’espace civil et dans l’espace militaire), dans un cadre intergouvernemental (la réactivation de l’AII pourrait s’inscrire dans des partenariats européens), par des stratégies de filières soutenues par des synergies plus fortes entre pôles de compétitivité (par exemple, sur l’axe industrie-énergie-environnement, sur la chimie verte, sur les nanotechnologies).

Dans la diffusion de l’innovation, nous devons nous appuyer beaucoup plus largement sur le réseau des PME : par l’instauration d’un taux réduit de l’impôt sur les sociétés pour les bénéfices réinvestis dans l’entreprise, par l’orientation d’une part des ressources de l’assurance-vie vers les PME innovantes, par l’adoption d’un small business Act à l’échelle européenne –pour qu’une part des marchés publics et des appels d’offre revienne systématiquement aux PME-, par la création d’une caisse de refinancement des PME financée directement sur le marché obligataire avec la garantie d’Oséo, par une simplification des différentes procédures.

Nous devons enfin préserver notre capacité à financer les investissements de long terme, ceux des grands projets et ceux des grandes infrastructures, essentiels pour l’avenir mais trop souvent sacrifiés.

3° – C’est vrai lorsqu’il s’agit de réduire les déficits :

La dette constitue un obstacle permanent à la croissance : par l’arbitrage incontournable qu’impose la charge de la dette, par la concurrence que les refinancements font subir aux autres acteurs, par la menace permanente de la hausse des taux d’intérêt, par les disciplines voulues ou imposées qu’exige sa réduction.

Aussi, nous considérons que la reprise en main réaliste des déficits publics constitue un impératif.

Si nous ne voulons pas sacrifier la croissance, le calendrier de réduction des déficits et de l’endettement doit s’inscrire sur une durée de dix ans. Si nous voulons que cet effort soit jugé acceptable par nos partenaires –compte tenu de sa durée- et crédible aux yeux de l’ensemble des acteurs, nous devons le financer par un effort indispensable d’économies, mais aussi par une augmentation des prélèvements qui ne peut être mise en œuvre que dans la justice et le consensus.

PAS DE CROISSANCE SANS CONSENSUS :

Nous demanderons des efforts aux Français, mais nous savons qu’ils ne pourront être acceptés que s’ils s’inscrivent dans une démarche d’équité et de justice qui doit avoir plusieurs éléments d’appui :

1) la régulation :

Dans un monde ouvert, aux échanges et aux activités largement libéralisés, c’est le degré plus ou moins élevé de régulation qui sera le signe tangible de la volonté plus ou moins forte de maîtriser et de rééquilibrer les positions.

C’est pour une large part à l’échelle de l’Union européenne que se déterminera cette volonté de régulation.

Ce sera vrai en matière financière, que nous voulions peser sur les décisions du G20 ou que nous voulions compenser leur insuffisance.

Ce sera vrai en ce qui concerne les marchés, particulièrement en agriculture, avec la réforme à venir de la Politique agricole commune (PAC).

Ce sera vrai dans la définition de la stratégie commerciale de l’Union européenne face aux dérives de ses concurrents.

Ce sera vrai également dans les réponses apportées aux enjeux environnementaux.

Il est donc essentiel que la France se dote sur ces questions d’une doctrine claire et qu’elle pèse auprès de ses partenaires pour que certains concepts, tels que celui d’  « économie sociale de marché », ne restent pas de simples formules.

2) La justice fiscale :

Face à la dégradation de nos comptes budgétaires et sociaux, la question n’est pas de savoir s’il faut ou non augmenter les prélèvements mais de faire en sorte que ces prélèvements soient répartis équitablement entre tous les Français, y compris ceux qu’ils ont élus pour les représenter.

L’état de notre système fiscal –un impôt sur la fortune à l’assiette irrationnelle, un bouclier fiscal qui paralyse toute augmentation des prélèvements, des impositions qui tendent à pénaliser l’activité et le travail- ne permet plus des ajustements au coup par coup.

C’est une réforme fiscale d’ensemble qui devra être mise en œuvre autour des principes suivants :

  • La suppression du bouclier fiscal,
  • La création d’une nouvelle tranche à 45 % de l’impôt sur le revenu,
  • La hausse de l’imposition sur les grosses successions ou l’institution d’un impôt déclaratif annuel à faible taux sur le capital, en contrepartie de la suppression de l’ISF,
  • Une surcote de 10 à 15 % de l’impôt sur les sociétés pour les grandes entreprises épargnées par la crise.

3) La justice sociale :

Bien qu’il soit en théorie l’un des plus favorables au monde, notre système social connaît aujourd’hui une double menace :

  • L’explosion des déficits,
  • La montée des situations de pauvreté.

Nous devons poser clairement les problèmes.

Si les Français considèrent que la santé est une priorité fondamentale, nous devons, par-delà un effort de maîtrise et d’économies qui restera toujours actuel, nous donner les moyens d’en assumer les choix et les coûts. Le patient doit rester au cœur d’une organisation de santé fondée sur la justice sociale. Cela suppose que nous refusions le développement d’une médecine à deux vitesses et l’extension des déserts médicaux. Cela suppose que nous posions clairement, devant les Français, le niveau de prélèvements nécessaires pour atteindre ces objectifs et que nous élargissions leur assiette, notamment aux revenus du patrimoine. Cela suppose que nous sachions associer les professions de santé dans une démarche qui privilégie l’approche contractuelle.

Nous demandons de même qu’en matière de retraites soit trouvé un compromis en acceptant la barre des 62 ans (au lieu de celle des 60) mais en sauvegardant celles des 65 ans (au lieu du report à 67) sous réserve que soient mises en œuvre des dispositions équitables pour les carrières longues, pénibles ou discontinues, et que les petites retraites –notamment, celles des femmes, et des retraités agricoles- soient relevées.

Au-delà, nous souhaitons engager la mise en œuvre dans la durée (20 ans) d’un système unique de retraite par points.

Nous considérons enfin que la constitution d’une 5ème branche dépendance passe d’abord par une véritable péréquation nationale des charges. Nous nous inquiétons de la prise de contrôle du secteur des établissements de retraite par des investisseurs purement financiers.

  1. La prise en compte des enjeux environnementaux :

Nous agirons pour réduire notre empreinte sur la planète par la promotion, dans tous les secteurs de l’activité et de la vie (industrie, agriculture, transports, logement, loisirs,…), de pratiques de production et de consommation plus économes en eau, en énergie, en génération de déchets, et par l’accentuation du recyclage et de la démarche d’éco-conception.

Nous veillerons à réduire notre dépendance vis-à-vis des énergies fossiles et des matières premières stratégiques importées en développant des produits de substitution et des technologies plus sobres, en faisant appel aux énergies nouvelles et renouvelables performantes et en optimisant notre parc nucléaire.

Nous encouragerons le développement des éco-industries et des nouvelles filières industrielles non polluantes –par exemple, les véhicules électriques-, qui sont aussi de nouvelles chances pour notre économie. Nous veillerons à ce que les nouvelles réglementations européennes, telles que Reach, s’appliquent aux produits importés comme aux produits fabriqués au sein de l’Union.

Nous maintiendrons une vigilance forte en matière de risques sanitaires et accidentels, notamment par la recherche et la formation en éco-toxicologie.

Nous anticiperons sur les désordres climatiques et nous veillerons à enrayer l’  « artificialisation » du territoire et à sauvegarder nos milieux naturels et nos paysages, pour préserver notre cadre de vie et la biodiversité.

PARTAGER LA REPUBLIQUE

Comme l’affirme Dominique de Villepin, « la France républicaine, c’est une France fidèle aux principes de liberté, d’égalité et de laïcité. Une France où chacun a sa place, où chacun a sa chance. Une France sans passe-droits, sans plafond de verre et sans discriminations ».

Cette France républicaine, nous la voulons d’abord pour l’école.

Tout se joue largement à l’école primaire. Nous voulons qu’elle soit le lieu d’acquisition des fondamentaux, et c’est pourquoi la formation des maîtres nous paraît un enjeu essentiel. Nous voulons qu’elle soit aussi un lieu d’ouverture vers les activités sportives et culturelles. Dans un monde fragmenté par l’accès apparemment illimité à l’information, l’école doit assurer sa mission de transmission d’une culture partagée et des valeurs républicaines, toutes deux indissociables au maintien de l’unité de la Nation.

Nous savons que toutes les écoles ne sont pas en situation égale, et que la tâche de l’école est particulièrement dure dans certaines banlieues, dans certaines zones rurales, dans certaines villes. C’est pourquoi, nous voulons plus d’audace dans tout ce qui peut ouvrir ces écoles :

  • L’instauration d’un droit individuel à l’éducation prioritaire, attaché à chaque élève et ouvrant droit à des accompagnements de soutien et à des activités culturelles.
  • L’instauration, pour ces écoles, d’un corps d’enseignants expérimentés et spécialisés.

Nous voulons réformer le collège unique :

  • Qu’il garde sa vocation universelle d’accueil de l’ensemble des élèves, en développant l’enseignement pluridisciplinaire en cycle initial pour que la transition soit plus facile depuis le primaire, et en s’appuyant sur le socle commun de compétences et de connaissances,
  • Mais qu’il sache répondre aussi à la diversité des aptitudes des élèves, en offrant tout à la fois des enseignements à dominante conceptuelle et des enseignements à dominante pratique, pour ne décourager aucun élève et croire toujours à sa capacité à apprendre.

Nous voulons renforcer l’orientation, développer et revaloriser les enseignements technique et professionnel, développer l’apprentissage, et de façon plus générale, l’alternance, faciliter les passerelles d’un type d’enseignement à l’autre.

Nous voulons porter à 18 ans l’âge de la formation obligatoire, assurée soit en établissement, soit en alternance.

Nous voulons que les équipes d’enseignants soient mieux reconnues, que les établissements acquièrent une plus grande capacité de proposition.

Nous voulons que l’enseignement supérieur soit plus efficace et plus juste. Nous rapprocherons les classes préparatoires et le premier cycle universitaire. Nous intégrerons les grandes écoles dans des pôles universitaires.

Nous voulons que l’acquisition des langues étrangères, que la formation au numérique et la mobilité des jeunes à l’intérieur de l’Union européenne, reçoivent une impulsion beaucoup plus forte.

Cette France républicaine, nous la voulons pour les banlieues.

Nous poursuivrons l’action de renouvellement urbain engagé dans le cadre de l’ANRU, mais nous voulons que toutes les finalités –mixité sociale, reconstitution du tissu urbain, participation des habitants- en soient pleinement respectées.

Nous créerons une Agence de Développement Economique des quartiers sensibles, capable d’identifier les besoins en infrastructures, d’animer des partenariats entre entreprises locales et entreprises extérieures, de faciliter l’installation de petites entreprises et de commerces, de créer des emplois. Nous donnerons la priorité dans les marchés publics des collectivités concernées à des Groupements d’Intérêt économique locaux réunissant les artisans et les PME du quartier.

Nous favoriserons la mise en place de maisons de services publics pilotées par des équipes qui auront la liberté de choisir leurs collaborateurs.

Dans la mise en œuvre de la politique de la Ville, nous souffrons trop de l’intervention étouffante et tatillonne des administrations. Nous ferons confiance aux élus et aux associations auxquels nous donnerons la liberté d’initiative et d’action nécessaires.

Nous souhaitons l’expression et l’engagement des habitants par la mise en place de comités de quartiers élus au suffrage universel direct.

Cette France républicaine, nous la voulons pour les territoires ruraux.

Nous sommes entrés dans un nouveau monde rural qui, contrairement à ce que l’on imaginait dans le passé, n’est pas en train de mourir. Dans beaucoup de régions, la population du monde rural est en progression, l’équilibre intergénérationnel s’améliore. Les attentes des anciens et des néo-ruraux tendent de plus en plus à se confondre.

Ces attentes portent sur les réseaux (mobiles, haut débit). Mais elles portent aussi sur les services : services traditionnels (la Poste, l’accessibilité bancaire), mais aussi de plus en plus les services nécessaires aux différentes classes d’âge : garde des jeunes enfants, accueil des personnes âgées dépendantes.

La présence médicale en milieu rural –et de plus en plus dans les villes moyennes- devient un enjeu crucial pour l’avenir de notre politique de santé. Les limites des politiques incitatives ne permettent plus de reporter des solutions de régulation qui pourraient être concertées entre syndicats de médecins et caisses régionales d’assurance maladie. La définition d’un vrai maillage territorial, la coordination cohérente des soins, la préservation de l’hôpital public de proximité sont les supports indispensables de ce rééquilibrage territorial.

Nous engagerons sur les territoires ruraux, avec l’ensemble des collectivités territoriales concernées un vaste plan d’action apte à répondre à tous les aspects de cette dynamique nouvelle, mais trop largement ignorée, du monde rural d’aujourd’hui.

Cette France républicaine, nous la voulons pour l’Outre-mer, cette part essentielle de notre communauté nationale et cette chance unique pour notre pays. L’égalité des chances Outre-mer passe par une politique de développement qui compense les handicaps structurels de ces collectivités, liés notamment à l’éloignement, l’insularité, les aléas climatiques, un environnement régional peu favorable en termes de compétitivité.  Nous voulons donc construire un modèle de développement économique et social fondé sur le travail et la dignité, c’est à dire sur une logique d’activité et de responsabilité et non pas d’assistanat. Nous voulons que la fracture numérique qui affecte ces territoires disparaisse. Nous voulons que la parole de l’Etat soit respectée et que les outils de développement mis en place pour 15 ans en 2003 ne soient pas brutalement remis en cause, brisant ainsi la confiance et cassant l’investissement donc l’emploi dans des économies déjà fragiles et profondément affectées par la crise actuelle.

Cette France républicaine, nous voulons la réaffirmer dans toute notre démarche d’accueil et d’intégration.

Nous ne pouvons accepter une France à deux citoyennetés, celle des vieux Français et celle des Français rapportés. La citoyenneté française est indivisible et nous reviendrons sur les mesures qui la remettent en question, notamment la déchéance de nationalité.

Nous avons la volonté de maîtriser les flux migratoires, de lutter contre les filières de l’immigration clandestine et contre tous les trafics qui l’accompagnent, mais nous ne pouvons accepter ni la stigmatisation, ni la désignation de boucs émissaires.

ETRE ACTEURS DE L’EUROPE, ETRE ACTEURS DU MONDE

L’Europe doit rester notre grand dessein. Non pas une Europe recroquevillée sur elle-même, mais une Europe ouverte, une Europe capable, dans un monde où domineront les très grands Etats et les très grands ensembles, de s’élargir au Sud -vers le Maghreb-, à l’Est –vers l’Europe orientale et vers la Turquie-, et de constituer à terme un pôle paneuropéen de prospérité et de sécurité.

Cette Europe doit être forte. Forte dans ses ambitions, qu’il s’agisse de promouvoir dans ses laboratoires comme autour de grands projets, une recherche d’excellence, de bâtir une véritable stratégie énergétique et industrielle en s’appuyant sur ses PME comme sur de véritables champions européens, de développer un patriotisme économique européen aujourd’hui défaillant, de mettre en œuvre une régulation financière aujourd’hui trop embryonnaire, de renouveler sa politique agricole commune.

Forte dans ses moyens, par une politique budgétaire plus ambitieuse, par la capacité de recourir à l’emprunt, par l’affirmation de grandes agences opérationnelles –pour l’espace, pour l’énergie, pour le commerce extérieur.

Cette Europe doit savoir assumer les équilibres nécessaires entre l’exigence de l’Union et la réalité des Etats nations qui la composent. Le Conseil européen, dont le président doit davantage s’affirmer, doit définir les grands axes de l’action commune.

La Commission européenne doit retrouver sa capacité d’initiative et de proposition. Le Parlement européen doit affirmer son rôle de législateur –particulièrement dans l’harmonisation des règles économiques et sociales- et dialoguer le plus en amont possible avec des parlements nationaux qui doivent, eux-mêmes, se donner les outils nécessaires pour assumer l’Europe.

Dans cette perspective, le partenariat franco-allemand doit retrouver son rôle moteur, si possible en liaison étroite avec d’autres Etats –notamment, la Pologne-. Mais ce partenariat doit aussi retrouver son équilibre, dans les exigences comme dans les ambitions. Une mise à plat commune des positions sur l’ensemble des sujets sera, dès que possible, nécessaire.

De même, pour créer les synergies nécessaires et prouver que le mouvement est possible, des cadres géographiques variables pourront être tracés avec différents Etats pour des avancées thématiques, susceptibles de s’étendre ensuite à l’ensemble des Etats de l’Union.

Si, malheureusement, l’Europe n’affirmait pas la volonté de se développer et de bâtir des projets suffisamment ambitieux, nous nous réserverions d’exercer l’opting out lorsque nos intérêts vitaux l’exigeraient.

Sur la scène internationale, nous devons retrouver le génie de la France républicaine qui défend les droits de l’Homme, celui de la France gaulliste qui n’a jamais peur d’aller au cœur des problèmes et d’agir pour la libre détermination des Etats et des peuples.

Nous devons développer la solidarité euro-méditerranéenne, nous devons entretenir le dialogue avec nos voisins de l’Est, nous devons, dans les conflits du Proche et du Moyen Orient, retrouver une politique arabe de la France qui cherche sans cesse à élargir le cercle des parties au dialogue pour trouver les conditions nécessaires à l’établissement de solutions durables.

Nous devons savoir reconnaître la montée des puissances émergentes. Mais nous devons aussi savoir défendre les droits de ceux qui peinent dans la recherche du développement et qui risquent de devenir les enjeux de nouvelles entreprises de domination dans le monde du XXIème siècle. Nous devons, en particulier, être au premier rang dans l’appui que l’ensemble de la communauté internationale doit apporter à l’Afrique.

Nous devons enfin contribuer sans trêve au renouveau et à la crédibilité de l’organisation internationale. Nous devons promouvoir les réformes nécessaires dans l’organisation des Nations Unies et du FMI, dans la représentation des Etats ou des groupes d’Etats au sein de grandes instances formelles ou informelles (G20, G8) qui ne peuvent être, elles-mêmes, que transitoires. Nous devons proposer et favoriser la conclusion de nouveaux accords sur la protection de l’environnement, sur la régulation financière, sur le développement et sur les migrations.

Nous devons enfin retrouver la maîtrise de notre Défense, non pas seulement pour décider nous-mêmes de notre destin, mais pour constituer l’un des fondements de la défense d’une Europe qui serait véritablement européenne.

Sans renier l’Alliance atlantique et l’amitié multiséculaire qui nous lie aux Etats-Unis, nous sortirons de nouveau de l’OTAN. Nous moderniserons notre force nucléaire stratégique aussi longtemps que la sécurité de notre pays et de ses intérêts l’exigeront. Nous maintiendrons nos engagements auprès des Etats qui ont demandé notre coopération et notre soutien. Nous engagerons avec nos partenaires européens le dialogue nécessaire pour bâtir les concepts et les coopérations nécessaires à une défense commune, aussi bien sur la dissuasion que sur la défense anti-missiles, aussi bien sur les armements que sur la projection des forces à l’extérieur.

Nous sommes engagés dans un combat essentiel qui sera d’abord fondé sur l’affirmation de nos idées et de nos convictions.

Ce document est, pour nous, un premier pas dans la définition du projet que nous voulons proposer aux Français.

Nous vous demandons de prendre part à cet effort d’approfondissement et de réflexion et de nous apporter votre soutien dans cette première étape.

Sursa: République Solidaire.fr

Regruparea dreptei franceze (II): “La Droite Populaire” UMP

15 de luni inaintea alegerilor prezidentiale si parlamentare din Franta, dreapta franceza se regrupeaza. In alegerile din 2007 Uniunea Majoritatii Prezidentiale UMP domina intreg spectrul politic. Intre timp, dreapta sa regrupat pe mai multe calapoduri doctrinare: gaullism, social-conservatorism. liberalism popular.

La 20.10.2010 prezentam platforma-program al formatiunii „Rassemblement Pour La France”.

In episodul de astazi prezenta manifestul-program al platformei UMP „La Droite Populaire”. Platforma UMP reuneste in randurile sale 34 de parlamentari UMP.

LA CHARTE DU COLLECTIF DE LA DROITE POPULAIRE

Fiers d’appartenir à la droite de conviction pour accompagner la majorité présidentielle dans les nécessaires réformes dont la France a besoin et que le peuple français a voulu avec l’élection de Nicolas SARKOZY,

Avec la volonté de contribuer au programme d’action de la majorité présidentielle,

A l’occasion de la fête de la Nation du 14 juillet 2010, nous nous engageons sur les valeurs qui font la France  :

1- Nation, Patriotisme et République

Le collectif de la droite populaire croit en la Nation, seul cercle d’appartenance à la fois à l’échelle de l’homme et à l’échelle du monde. Nous souhaitons la promouvoir comme gage de stabilité entre les peuples et comme élément fondamental de notre identité.

Contre les tabous du « politiquement correct », nous sommes attachés au patriotisme pour redonner fierté, espoir et ambition aux Français. Fiers de notre langue et de notre histoire, nous défendons aussi les symboles de notre Nation : la Marseillaise comme le drapeau tricolore.

Nous croyons en l’identité de notre Pays et en l’unité de la République. Nous nous opposons, avec force, au communautarisme qui abîme la France et dissout la Nation. Nous défendons les valeurs de la République, tout particulièrement la laïcité contre l’intégrisme religieux.

Ceux qui choisissent de vivre en France doivent adhérer aux valeurs de notre République par une démarche volontaire. L’immigration doit être contrôlée et maîtrisée.

2- Liberté d’entreprendre et solidarité nationale

Le collectif de la droite populaire croit en la liberté d’entreprendre, au travail, au mérite et à l’effort. C’est le travail fourni qui doit être le critère de la réussite. Ceux qui travaillent doivent pouvoir conserver le fruit de leurs efforts et l’utiliser pour préparer l’avenir de leur famille.

Nous croyons en l’excellence économique, en l’innovation et en l’esprit d’entreprise.

Nous soutenons la solidarité entre les territoires, entre les villes et le monde rural, et une écologie pour l’homme, dénuée d’idéologie et fondée sur l’incitation plutôt que sur la sanction.

Nous sommes attachés à la dignité sociale et à la solidarité avec les plus faibles d’entre nous : ceux qui veulent sortir de la précarité doivent pouvoir compter sur l’entier soutien de la communauté nationale; mais sans rien céder à l’assistanat, aux abus, aux fraudes qui fragilisent le lien social et la solidarité nationale.

3- Ecole de la République et politique familiale

Fondée sur l’autorité, le mérite et le respect, l’école de la République doit permettre à chaque enfant d’apprendre les valeurs morales et civiques ainsi que favoriser l’égalité des chances pour tous.

Le collectif de la droite populaire croit en la famille, pilier qui garantit la solidité de notre cohésion sociale. Au sein des familles, l’éducation, les repères et la solidarité entre les générations doivent être promus et encouragés.

4- Sécurité, première des libertés

Etre libre, c’est être responsable. Ceux qui ne respectent pas les règles de la société et les valeurs de la République doivent être sanctionnés avec rigueur. Nous rejetons le sentiment d’impunité et le laxisme qui conduisent au désordre dont souffrent les plus faibles.

Le collectif de la droite populaire croit en l’autorité de l’Etat. Nous soutenons les forces de l’ordre qui représentent l’Etat de droit et la justice qui applique, au nom du peuple français, avec fermeté et justesse, des sanctions indispensables.

5- Saine gestion des finances publiques

Le collectif de la droite populaire croit en la gestion rigoureuse des deniers publics et en l’indispensable réduction de la dette. Un euro dépensé doit être un euro utile. Nous souhaitons transmettre aux générations futures une France au budget équilibré et aux dépenses maîtrisées.

Contre les superstructures et le tout-administration, nous privilégions l’action du politique, le pragmatisme et les services de proximité.

6- Rayonnement de la France et politique internationale

Le collectif de la droite populaire croit en la France indépendante, maîtresse de ses décisions, puissance d’équilibre aux yeux du monde et en une Europe forte, fondée sur les peuples.

Forts de nos collectivités d’outre-mer qui font flotter le drapeau tricolore sur toutes les mers et sous tous les cieux, nous souhaitons promouvoir la francophonie, le co-développement avec les pays du sud et la régulation de la mondialisation.

Solidaires et intimement liés aux Français établis hors de France, nous sommes attachés au rayonnement culturel de la France et fiers du sens du devoir, comme de la mission accomplie au service de la paix par nos armées aux quatre coins du monde.

ril 2010 : au lendemain des élections régionales perdues par la majorité présidentielle, plusieurs députés affirment leur volonté de voir la droite revenir à ses fondamentaux

Juin 2010 : Lionnel Luca et Thierry Mariani fondent le Collectif parlementaire de la Droite populaire et rédigent sa Charte (Figaro du 29 juillet 2010)

Juillet 2010 : à l’occasion de la fête de la Nation du 14 juillet, le Collectif parlementaire de la Droite populaire prend son envol ; 35 députés signent officiellement la Charte :

  • ABOUD Elie, Député de l’Hérault
  • ALBARELLO Yves, Député de Seine-et-Marne
  • BAREGES Brigitte, Député de Tarn-et-Garonne
  • BEAUDOUIN Patrick, Député du Val-de-Marne
  • BODIN Claude, Député du Val d’Oise
  • CALMEJANE Patrice, Député de Seine-Saint-Denis
  • CARAYON Bernard, Député du Tarn
  • DECOOL Jean-Pierre, Député du Nord
  • DHUICQ Nicolas, Député de l’Aube
  • DIARD Eric, Député des Bouches-du-Rhône
  • FERRAND Jean-Michel, Député du Vaucluse
  • GANDOLFI-SCHEIT Sauveur, Député de Haute-Corse
  • GARRAUD Jean-Paul, Député de Gironde
  • GILARD Franck, Député de l’Eure
  • GINESY Charles-Ange, Député des Alpes-Maritimes
  • JOISSAINS-MASINI Maryse, Député des Bouches-du-Rhône
  • LABAUNE Patrick, Député de la Drome
  • LUCA Lionnel, Député des Alpes-Maritimes
  • MACH Daniel, Député des Pyrénées-Orientales
  • MALLIE Richard, Député des Bouches-du-Rhône
  • MARIANI Thierry, Député du Vaucluse
  • MARTINEZ Henriette, Député des Hautes-Alpes
  • MEUNIER Philippe, Député du Rhône
  • MOTHRON Georges, Député du Val d’Oise
  • MYARD Jacques, Député des Yvelines
  • REMILLER Jacques, Député de l’Isère
  • ROATTA Jean, Député des Bouches-du-Rhône
  • ROUBAUD Jean-Marc, Député du Gard
  • SPAGNOU Daniel, Député des Alpes-de-Haute-Provence
  • TIAN Dominique, Député des Bouches-du-Rhône
  • VANNESTE Christian, Député du Nord
  • VANNSON François, Député des Vosges
  • VITEL Philippe, Député du Var
  • VOISIN Michel, Député de l’Ain

Septembre 2010 : les membres du Collectif parlementaire de la Droite populaire sont reçus à l’Elysée par Nicolas Sarkozy

Septembre 2010 : Thierry Mariani est désigné rapporteur de la loi sur l’immigration et plusieurs amendements sont votés à l’initiative des membres du Collectif parlementaire de la Droite populaire sur la déchéance de la nationalité française

Octobre 2010 : le Collectif parlementaire de la Droite populaire multiplie les prises de position et pèse sur le travail parlementaire afin de faire progresser ses valeurs (voir la revue de presse)

Novembre 2010 : Thierry Mariani, l’un des fondateurs du Collectif parlementaire de la Droite populaire, fait son entrée au Gouvernement et devient secrétaire d’Etat chargé des Transports

Décembre 2010 : de nombreux parlementaires, tels Lionnel Luca, Philippe Meunier, Jean-Paul Garraud, Bernard Reynes et Jacques Myard, remportent plusieurs victoires d’amendements à l’Assemblée nationale : expulsion des délinquants étrangers, évacuation des campements illégaux, assouplissement du permis à point, l’accès à l’AME… A la fin du mois, le Collectif parlementaire de la Droite populaire compte 42 députés avec le renfort de Bernard Reynes et Valérie Boyer, députés des Bouches-du-Rhône, Christine Marin, député du Nord, de Jean-Claude Bouchet et Paul Durieu, députés du Vaucluse, de Michel Terrot et Patrice Verchère, députés du Rhône et d’Arlette Grosskost, député du Haut-Rhin !

Janvier 2011 : six mois après la création du Collectif parlementaire de la Droite populaire qui réunit les parlementaires et qui travaille notamment sur les amendements destinés à améliorer positivement les lois de notre pays, de nombreux élus décident de lancer la Droite populaire afin d’étendre encore l’influence des valeurs de notre Charte auprès de l’ensemble des Français. Au-delà des parlementaires, la Droite populaire est ouverte à tous les élus et à tous les Français signataires de notre Charte, coordonne le site Internet, multiplie les initiatives (réunions, colloques,…) pour apporter ses idées au projet présidentiel 2012-2017 que portera Nicolas Sarkozy et soutient ses députés dans la perspective des prochaines élections législatives.

Sursa inforamtionala: LaDroitePopulaire.fr

Sociollogica

"Istoria ne legitimeaza ca singurele partide autentice de centru-dreapta", Crin Antonescu

Carl Schmitt Studien

"Istoria ne legitimeaza ca singurele partide autentice de centru-dreapta", Crin Antonescu

%d blogeri au apreciat asta: