Scrisoare catre Consiliul Superior al Audiovizualului din Franta

Strasbourg, 14 septembrie 2011 – Am trimis in aceasta dimineata o scrisoare catre presedintele Consiliului Superior al Audiovizualului (CSA) din Franta, Michel Boyon, in legatura cu emisiunea „Les Guignols de l’Info”, difuzata in data de 6 septembrie 2011 de televiziunea Canal +. Regasiti mai jos traducerea in limba romana a scrisorii, precum si scrisoarea originala (in limba franceza).

Autor: Renate Weber, MEP

–––––––––––

In atentia d-lui Michel Boyon, Presedintele Consiliului Superior al Audiovizualului (CSA), Franta

                 

                                    

Stimate domnule Presedinte Boyon,

Stimate doamne si stimati domni membri ai Consiliului Superior al Audiovizualului,

 

 

Va scriu in calitate de cetatean roman,  de persoana care toata viata ei a crezut in libertatea de exprimare si in libertatea presei si a luptat ca acestea sa fie respectate. Am facut acest lucru ca avocat de drepturile omului, lucrand cu numeroase organizatii neguvernamentale din Romania sau internationale, ca profesoara, cand am predat  drept constitutional si dreptul international al drepturilor omului, il fac si acum, din pozitia de deputata in Parlamentul European.

 

Va scriu in legatura cu emisiunea „Les Guignols de l’Info”, difuzata in data de 6 septembrie 2011 de televiziunea Canal +, in cadrul careia, satirizand doi foarte binecunoscuti cronicari sportivi francezi, au existat urmatoarele referiri la cetatenii romani:

 

  1. “…Sa vorbim de romani, atunci…cand arbitrul va arunca moneda in aer, nu e sigur ca o sa cada pe jos cu atatia romani in preajma …”
  2. “…sportul national in Romania, se stie bine, nu e fotbalul, este cersetoria …”
  3. “…cu romanii trebuie sa ai grija sa nu intri in contact! …au paduchi. Orice ai zice, orice ai face, romanii nu sunt prieteni cu spalatul…”

 

Fara doar si poate, libertatea de exprimare si libertatea presei inseamna, printre altele, sa poti sa-i  ridiculizezi pe cei care au un discurs rasist sau xenofob. Este dreptul fiecarei persoane si al fiecarui jurnalist sa aleaga forma prin care doreste sa se raporteze critic la adresa unui asemenea discurs, iar satira poate reprezenta o forma de sanctiune.

 

In acelasi timp, nu pot sa nu observ ca referirile din aceasta satira nu au vizat persoane individuale, asa cum se intampla in imensa majoritate a cazurilor din aceasta emisiune, ele nu au vizat nici politicieni, nici fotbalisti, nici alte persoane publice din Romania, ci o intreaga natiune.

 

Asa ca va intreb : care sunt, totusi, limitele libertatii de exprimare?

 

Sigur, oamenii publici, politicieni sau alte categorii, in virtutea statutului lor de persoane publice, trebuie sa suporte o critica mult mai severa la adresa lor, uneori chiar exagerari sau afirmatii injuste. Pentru ca si-au asumat acest statut public. Cei care alcatuiesc insa o comunitate umana, o natiune, nu au facut nici o optiune in acest sens. Tocmai de aceea, referirile „in bloc”, atunci cand este vizata si insultata intreaga comunitate, sunt considerate rasiste de legislatia europeana si internationala.

 

Stim cu totii ca afirmatiile facute, chiar in cadrul unei satire, raman gravate in memoria publica. O adaptare a celebrei „calomniez, calomniez, quelque chose en restera”.

 

Cunosc bine jurisprudenta Curtii Europene a Drepturilor Omului si nu cred ca ceva din aceasta jurisprudenta poate fi invocat in apararea afirmatiilor celor de la „Les Guignols”. Nici macar cauza Jersild impotriva Danemarcei nu poate fi invocata pentru ca, in opinia mea, nu se poate face o paralela intre acest caz si satira la care m-am referit.

 

Nu va solicit sa sanctionati nici postul de televiziune, nici realizatorii, nici jurnalistii, dar mi se pare firesc sa pun in dezbatere afirmatii care nu se refera la o persoana individuala, ci la o intreaga comunitate, chiar la o natiune, si care, in acest fel, perpetueaza prejudecatile, aversiunile, denigrarile, discriminarile in ce-i priveste pe romani. Si in acest sens, presa are o responsabilitate la fel de mare ca a politicienilor.

 

Consider, prin urmare, ca este de datoria Consiliului Superior al Audiovizualului sa reactioneze, atat pentru ca are acest mandat, cat si pentru ca nu este pentru prima data cand astfel de manifestari denigratoare si rasiste la adresa poporului roman sunt difuzate pe un post de televiziune francez[1].

 

Contez, prin urmare, pe faptul ca acest caz va fi luat in discutie de CSA si va rog sa ma tineti la curent cu rezolutia dumneavoastra.

 

Cu stima,

 

Renate Weber, ALDE

Membra a Parlamentului European

 

[1] La televiziunea France 2, in 2010, umoristul Jonathan Lambert a executat ceea ce el a numit „salutul romanesc” – palma intinsa in fata pentru cersit: http://www.youtube.com/watch?v=EG2jPJCiZlM&feature=related

 

––––––––––––-

A l’attention de Monsieur Michel  Boyon,

Président du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA), France

                                                    

 

Cher Monsieur le Président, Michel Boyon,

Chères Dames et Chers Monsieurs membres du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel

 

Je vous écris en qualité de citoyen roumain, de personne qui pendent toute sa vie a cru en la liberté d’expression et celle de la presse et qui a toujours lutté pour qu’elles soient respectés. Je l’ai fait en tant que avocat de droits de l’homme, en travaillent avec des nombreuses organisations non-gouvernementales roumaines et internationales, je l’ai fait en tant que professeure, quand j’ai enseigné le droit constitutionnel et le droit international de droits de l’homme et je le fait maintenant aussi, en tant que députée dans le Parlement Européen.

 

Je vous écris a propos de l’émission “Les Guignols de l’Info”, diffusé le soir du 6 septembre 2011 par la chaine Canal+, et pendent la quelle, en satirisent deux très connus présentateurs sportifs français, y en eu les suivantes références aux citoyens roumains:

 

  1. “…Parlons des roumains alors: …quand l’arbitre va lancer la pièce en l’air, c’est pas sur qu’elle retombe par terre avec tous ces roumains dans le coin…”
  2. “…le sport national en Roumanie, c’est bien connu, c’est pas le football c’est la mendicité…”
  3. “…avec les Roumains, faut se méfier du contact! …ils ont des poux. On aura beau dire, on aura beau faire mais le roumain n’est pas à la minute avec la douche…”

 

Sans doute, la liberté d’expression et celle de la presse signifient, parmi d’autres, pouvoir ridiculiser ceux qui ont un discours raciste ou xénophobe. C’est le droit de chaque personne et de chaque journaliste de choisir la forme par la quelle il souhaite se rapporter d’une manière critique à un tel discours et, bien évidement, la satire peut représenter une forme de sanctionne.

 

Au même temps, je peux pas m’empêcher d’observer que les références critiques de cette satire n’ont pas visé des personnes individuelles (comme dans la grande majorité des cas de cette émission), elles ont visé non plus des politiciens, ou des footballeurs ou d’autres personnes roumaines, au caractère publique, mais bien toute une nation.

 

Donc, je me permets de vous demander: quelles sont, quand même, les limites de la liberté d’expression?

 

Evidemment, les personnes publiques, politiciens ou autres catégories, vu leur statut de personnes publiques, doivent supporter une critique beaucoup plus sévère à leur égard, parfois même des exagérations ou des affirmations moins justes. Eux, ils ont assumé ce statut public.

 

Ceux qui constituent, par contre, une communauté humaine, une nation, n’ont fait aucune option dans ce sens la. C’est exactement pour celle la que les références généralisés, quand tout une nation est prise pour cible et insulté, sont considérés par la législation européenne et internationale comme racistes.

 

On le sait bien : ce genre d’affirmations, même au cadre d’une satire, restent gravés à jamais dans la mémoire du public. Une adaptation du célèbre : „calomniez, calomniez, quelque chose en restera”.

 

Je connais bien la jurisprudence de la Cour Européenne des Droits de l’Homme et je ne pense pas que les réalisateurs des «Guignols de l’info » peuvent l’invoquer pour défendre leurs affirmations. Même pas l’affaire Jersild c. Danemark ne peut pas être invoqué pars ce que, dans mon opinion, on ne peut pas faire une parallèle entre les deux.

 

Je ne vous sollicite pas de sanctionner la chaine, non plus les réalisateurs ou les journalistes, mais ça me paraît normal de vouloir débattre des affirmations qui visent pas une personne mais toute une nation et qui, au même temps, ne font autre que perpétuer les préjugées, les aversions, les dénigrassions et les discriminations envers les roumains. Et içi la presse a une responsabilité autant grande que les politiciens.

 

Je considère donc que c’est du devoir du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel d’enfin réagir, puisque ça fait partir de son mandat et aussi parce que c’est n’est pas la première fois qu’une chaine de télévision française[1] propage des références racistes et dénégatoires à l’encontre des roumains et du peuple roumain.

 

Je compte sur le fait que ce cas va être discuté par le CSA et je vous en prie de me tenir au courent de votre résolution.

 

Bien à vous,

 

Renate Weber, ALDE

Membre du Parlement Européen

 

 

[1] France 2, en 2010, quand Jonathan Lambert a fait ce qu’il a présenté comme „le salut roumain” – c’est a dire la mendicité http://www.youtube.com/watch?v=EG2jPJCiZlM&feature=related

Lasă un răspuns

Completează mai jos detaliile despre tine sau dă clic pe un icon pentru autentificare:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare / Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Google+

Comentezi folosind contul tău Google+. Dezautentificare / Schimbă )

Conectare la %s

Tobias Wimbauers Blog

Notizen aus der Bücherhöhle

Sociollogica

"Istoria ne legitimeaza ca singurele partide autentice de centru-dreapta", Crin Antonescu

Stelian Tănase | Stelian Tănase

"Istoria ne legitimeaza ca singurele partide autentice de centru-dreapta", Crin Antonescu

Carl Schmitt Studien

"Istoria ne legitimeaza ca singurele partide autentice de centru-dreapta", Crin Antonescu

%d blogeri au apreciat asta: